Avertir le moderateur Les blogs du Téléthon sont hébergés par blogSpirit Téléthon 2015 header

Suivi nutritionnel

L’état nutritionnel peut être perturbé à cause de difficultés pour s’alimenter ou d’une activité physique plus restreinte. Un déséquilibre nutritionnel qui dure peut aboutir à une dénutrition ou à une obésité. L’une comme l’autre accentue les effets de la maladie.

Equilibrer son alimentation avec l’aide d’un diététicien.

L’accompagnement par un diététicien pour évaluer votre besoin calorique quotidien. Un bon équilibre alimentaire peut vous aider à lutter contre la sous-alimentation et le surpoids et les autres déficits nutritionnels.

Voir le repère Prise en charge nutritionnelle 

Surpoids et obésité

Le ralentissement de l’activité physique est la première cause de prise de poids. Le surpoids surcharge inutilement les muscles et les articulations. Il est facteur de risque cardio-vasculaire. Un poids excessif complique tous les gestes de la vie quotidienne.

Limiter la prise de poids

Des aliments moins riches en graisse et en sucre favorisent la perte de poids. Limiter l’alcool.

Réguler l’apport calorique pour stabiliser le poids

Limiter les produits riches en graisse, manger des fruits et légumes, privilégier les céréales complètes, limiter les quantités sans supprimer, éviter le grignotage, limiter les aliments trop salés

Modifier les habitudes alimentaires

La stratégie pour lutter contre le surpoids, est de faire perdre de la masse grasse sans faire perdre du muscle. Il ne s’agit pas de suivre un régime sévère mais de faire évoluer les habitudes alimentaires pour stabiliser le poids.

Accompagnement psychologique

Si la situation n'évolue pas dans le sens souhaité un entretien psychologique peut être proposé. Cet entretien, qui pourra initier un suivi plus régulier, peut permettre d’identifier des raisons personnelles à l’origine d’une conduite alimentaire excessive.

Dénutrition

Lorsque les conséquences de la maladie empêchent de se nourrir normalement, l'apport nutritionnel peut être insuffisant pour couvrir les besoins de l'organisme.

Enrichir l’alimentation

Enrichir l’alimentation en aliments gras et riches en protéines tout en veillant à une alimentation équilibrée.

Ajouter des matières grasses, manger des laitages au lait entier, répartir les repas dans la journée, maintenir une alimentation équilibrée, boire régulièrement, une supplémentation en vitamines et minéraux peut être nécessaire.

Aiguiser l’appétit

S'adapter au goût, soigner la présentation des assiettes, limiter les quantités

Alimentation entérale

Lorsque l'état nutritionnel ne s'améliore pas malgré les solutions proposées il faut recourir à d'autres moyens. La nutrition entérale permet d'acheminer la nourriture directement dans l'estomac, sous forme liquide.

Pose d'une sonde naso-gastrique (solution temporaire).

Pose d’une sonde de gastrostomie.

Prise en charge digestive et nutritionnelle

La fonction digestive peut-être perturbée si les muscles lisses du tube digestif et/ou les muscles striés associés sont atteints. Les manifestations digestives surviennent plus ou moins tardivement. 

Voir le repère fonction digestive 

Troubles de déglutition

Avoir des difficultés pour mettre les aliments dans la bouche, les mâcher ou les avaler empêche de bien s'alimenter et augmente les risques de fausse route, de dénutrition. 

Comment prévenir les troubles de déglutition ? 

Modifier la texture des aliments

Les textures plus lisses ou souples limitant la mastication sont plus adaptées : flans, mousses, soufflés, légumes très cuits, purée, aliments mixés. En cas de troubles de déglutition les aliments petits et friables (riz, lentilles, biscottes, chips) doivent être évités. 

Jouer sur goût et la température des aliments

Le réflexe de déglutition est facilité lorsque l'information donnée par l'aliment est marquée.

Améliorer l'installation et l’autonomie

Être bien positionné, pour éviter les fausses route le dos doit être droit et la tête baissée. 

Utiliser des aides techniques, lèves-bras, couverts adaptés... 

Être aidé par une tierce personne, celle-ci doit donner de petites quantités 

Reflux gastro-œsophagien

Le reflux gastro-œsophagien est fréquent dans les maladies neuromusculaires. Les douleurs qu’il occasionne retentissent sur le confort, l’envie de manger et donc l’état nutritionnel.

Comment prévenir le reflux gastro-œsophagien ? 

Après les repas, rester en position assise ou semi-assise au moins 2h.

Eviter les repas copieux et les aliments trop acides (fruits acides, jus d’orange à jeun...). 

Traitement anti-reflux gastrique

Médicaments qui neutralisent les remontées gastriques, soulagent les douleurs digestives, protègent la paroi de l’œsophage. Parlez-en avec le médecin qui réalise votre suivi médical.

Troubles du transit intestinal

Une prise en charge précoce permet d’éviter d’éventuelles complications du transit dues à une constipation de longue durée (fécalome, occlusion intestinale…). Accentuée par l’immobilité et une alimentation insuffisamment diversifiée.

Comment prévenir la constipation et favoriser le transit ? 

Boire de l’eau régulièrement 

Adopter l'alimentation : diversifiée, riches en fibres et eau 

Masser l’abdomen pour stimuler la motricité de l’intestin

Traitement contre la constipation

Traitements laxatifs doux (Movicol® ou Forlax®). 

Soins bucco-dentaires

Prendre soin de ses dents peut s'avérer compliqué. Or, la prévention précoce, par un brossage quotidien et un suivi régulier chez le dentiste, permet de lutter contre les caries et d'éviter des soins dentaires dans un contexte buccal compliqué par la maladie. 

Voir le repère Soins Bucco-dentaires et maladies neuromusculaires   

Soins dentaire.jpgPrévention et suivi 

Un brossage régulier des dents et suivi de l’état bucco-dentaire chez le dentiste sont des mesures préventives indispensables à mettre en place très tôt. Une prise en charge plus spécifique peut être proposée face à certains problèmes mécaniques.

Les commentaires sont fermés.