Avertir le moderateur Les blogs du Téléthon sont hébergés par blogSpirit Téléthon 2015 header

Corticoïdes

Traitement aux corticoïdes

Les corticoïdes sont les seuls médicaments connus capables de ralentir l’affaiblissement des muscles et la perte de la fonction motrice chez les patients atteints de DMD. La prise de corticoïdes a pour but de permettre à l’enfant de marcher de façon indépendante plus longtemps et d’être plus autonome. Ce traitement permettra de minimiser les problèmes respiratoires, cardiaques et orthopédique.

Commencer et arrêter la prise de corticoïdes

Il est préférable de commencer la prise de corticoïdes lorsque la fonction motrice commence à «plafonner», lorsque les compétences motrices de l’enfant cessent de s’améliorer, mais n’ont pas encore commencé à se dégrader. Cela se produit généralement entre l’âge de 4 et 6 ans. Il n’est pas conseillé de commencer la prise de corticoïdes chez les enfants qui acquièrent encore de nouvelles compétences motrices, et notamment chez les enfants de moins de 2 ans.

Le programme national de vaccination doit être réalisé avant de débuter le traitement par corticoïdes et votre enfant doit être immunisé contre le virus de la varicelle.

Débuter un traitement chez des garçons/adolescents qui ne sont plus en mesure de marcher de façon autonome est une question qui relève d’une décision individuelle et qui doit être discutée avec le médecin, en tenant compte des facteurs de risque préexistants. Chez les enfants qui ont pris des corticoïdes quand ils marchaient, de nombreux experts conseillent de poursuivre le traitement après la perte de la marche. Le but, pour les personnes non ambulatoires, est de préserver la fonction des membres supérieurs, ralentir la progression de la scoliose et retarder la détérioration des fonctions respiratoires et cardiaques.

Les patients qui suivent un traitement aux corticoïdes de longue durée ne doivent pas sauter la prise du médicament pendant plus de 24 heures au maximum, surtout si ils sont malades.

Différents dosages de corticoïdes

Le type de corticoïdes et les doses quotidiennes données varient selon les médecins et les cliniques.

  • La Prednisone (Prednisolone) et le Deflazacort sont les deux principaux types de corticoïdes utilisés dans le traitement de la DMD.
  • Le choix du corticoïde dépend de sa disponibilité dans certain pays, de son coût, de ces effets secondaires.

Effets secondaires des corticoïdes

Des mesures préventives doivent être adoptées dés le début du traitement afin de prévenir les problèmes et de s’assurer qu’ils ne s’aggravent pas.

Vous trouverez ci-dessous les effets secondaires les plus courants de la prise de corticoïdes. Les réactions peuvent varier d’un individu à un autre. La réduction de la dose de corticoïdes est inévitable si les effets secondaires deviennent intolérables ou ingérables. Si la réduction de dose est insuffisante pour contrôler les effets secondaires, une réduction ultérieure ou un autre régime, de type alternatif, devra être essayé avant d’interrompre le traitement.

Effets secondaires des corticoïdes

Prise de poids, Obésité, les corticoïdes stimulent l’appétit. Des conseils diététiques doivent être dispensés avant le début de l’administration de corticoïdes. Demandez conseil pour un régime alimentaire et sur la nutrition.

Traits cushingoïdes (visage «lunaire»), l’aspect bouffi du visage et des joues devient de plus en plus évident avec le temps. Une surveillance de l’alimentation et la réduction de l’apport en sel et en sucre aideront à réduire la prise de poids et aussi, dans une certaine mesure, l’aspect cushingoïde.

Pilosité excessive (hirsutisme), cette manifestation n’est pas suffisamment grave pour justifier un changement de traitement.

Acné, teigne, verrues, plus fréquentes chez les adolescents. Recourir à des traitements spécifiques (application locale)

Retard dans la croissance, mesurer la taille au moins une fois tous les 6 mois (les enfants atteints de DMD grandissent peu, même en l'absence d’un traitement aux corticoïdes.). Demandez à votre médecin si un bilan hormonal est nécessaire si la petite taille pose problème.

Retard de puberté, suivez le développement de la puberté. Recherchez une éventuelle anamnèse familiale de retard pubertaire. Parlez à votre médecin d’un éventuel bilan hormonal, si vous êtes préoccupé à cet égard.

Changements négatifs dans le comportement, d’éventuels troubles d’humeur, troubles caractériels ou Troubles Déficitaires de l’Attention avec Hyperactivité (TDAH). Envisagez de les traiter via l’aide d’un psychologue spécialisé en TDAH ou par une médication. L’administration des corticoïdes plus tard dans la journée peut aider, dans ce sens.

Déficit immunitaire/suppression surrénalienne, soyez attentifs au risque d’infection grave et traitez rapidement toutes les infections, même légères.

Votre fils doit être vacciné contre la varicelle avant de commencer le traitement.
En cas de risque de contact avec la tuberculose, une surveillance spécifique peut être nécessaire.
Parlez avec votre médecin de ce qu’il convient de faire en cas d’interruption de la prise de corticoïdes, par ex. en remplaçant le Deflazacort par de la Prednisone si le premier est temporairement indisponible.
Parlez avec lui de la «dose équivalente» de methylprednisolone administrée par voie intraveineuse en cas de maladie grave, d’intervention chirurgicale ou en cas de jeûne.

Hypertension, surveillez la tension lors de chaque visite clinique. Si la tension est élevée, réduisez l’apport en sel. La perte de poids peut également être utile pour commencer. Si ces mesures ne sont pas efficaces, votre médecin pourra envisager un traitement par ACE ou par bêtabloquants.

Intolérance au glucose, testez la présence de glucose dans les urines par le test «dipstick» lors des visites cliniques.  Renseignez-vous en cas de soif persistante ou de besoin fréquent d’uriner. Des tests sanguins peuvent être nécessaires si les tests urinaires reviennent positifs pour la présence de glucose.

Gastrite / reflux gastrique, surveillez un éventuel reflux gastro-oesophagien (brûlures d’estomac). Evitez l’administration d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (NSAID) tels que l’aspirine, l’ibuprofène, le naproxène. Des médicaments et des antiacides peuvent être administrés si ces symptômes se manifestent.

Ulcère gastrique, rapportez tout symptôme de douleur d’estomac, car cela peut indiquer un ulcère de la paroi gastrique. La présence de sang dans les selles peut également être recherchée en cas d’anémie ou de douleurs d’estomac. Evitez l’administration d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (NSAID) tels que l’aspirine, l’ibuprofène, le naproxène. Des médicaments et des antiacides peuvent être administrés si ces symptômes se manifestent.

Cataracte, effectuer un examen ophtalmologique annuel. Envisager le remplacement du Deflazacort par de la Prednisone si la cataracte commence à affecter la vision.

Déminéralisation osseuse et risque accru de fracture, tenez compte des antécédents de fractures. Densitométrie annuelle pour vérifier la densité osseuse. Des compléments en vitamine D peuvent être nécessaires. Vérifiez si l’apport en calcium dans l'alimentation est suffisant et complétez-le si nécessaire.

Myoglobinurie, inquiétez vous d'une éventuelle coloration anormale des urines après l’effort: un examen spécifique des urines doit être réalisé. Évitez des efforts excentriques et des activités «à risque». Un bon apport de liquides est important. Des examens de la fonction rénale peuvent s’avérer nécessaires, si cela persiste.

 

Les commentaires sont fermés.